Créer ou reprendre une pharmacie

Vous souhaitez ouvrir une pharmacie ? Vous avez frappé à une bonne porte ! Dans cet article, vous trouverez toutes les informations dont vous avez besoin pour mener à bien votre projet dans un environnement très réglementé, y compris des conseils sur la création d'un business plan de pharmacie.

Le coin des Entrepreneurs est un document dédié à l’ouverture ou à la reprise d’une officine, reprenant les informations les plus importantes à connaître dans le cadre de la mise en place de cette activité.

Les pharmacies ont un avenir certain compte tenu de l’augmentation du nombre de traitements, du vieillissement de la population et du monopole de la distribution des médicaments. En réalité, le lancement d’une pharmacie est généralement un projet qui fonctionne bien. 90% des entreprises restent actives après cinq ans d’activité (80% pour les acquisitions).

Les conditions nécessaires pour ouvrir ou reprendre une pharmacie

Tout d’abord, un diplôme d’Etat en pharmacie est requis pour ouvrir ou reprendre une officine. De plus, une expérience professionnelle d’au moins 6 mois est exigée. L’ouverture d’une officine est subordonnée à la délivrance d’un agrément par l’ARS. Cette procédure se compose de deux étapes :

  • Avis préalable : Vous devez faire une demande préalable auprès de cet organisme. L’organisation transmet ensuite ses vues au Gouverneur, à l’Association nationale des pharmaciens et à l’Ordre des pharmaciens. Ce dernier délai de réponse est de deux mois, et s’il n’y a pas de réponse, son avis est considéré comme positif.
  • Décision de l’ARS : L’ARS doit statuer dans un délai de 4 mois à compter de l’enregistrement de la demande. Cette fois, s’il n’y a pas de réponse, la demande est rejetée. L’ARS a la possibilité d’imposer une distance minimale à la pharmacie la plus proche. Dans ce cas, un délai particulier est fixé. Enfin, une déclaration doit également être déposée auprès du conseil d’arrondissement du Code des pharmaciens concernant le fonctionnement de l’officine.

Les conditions d’implémentations

Le droit d’établir une pharmacie dans une commune dépend du nombre d’habitants. Les pharmacies ne peuvent être ouvertes ou délocalisées que dans les communes de plus de 2 500 habitants. Toutefois, à titre exceptionnel, une pharmacie peut s’installer dans une commune de moins de 2 500 habitants si elle possédait auparavant une pharmacie de plus de 2 500 habitants.

Si votre commune dispose déjà d’une pharmacie, il faut au moins 7 000 habitants pour accueillir une deuxième pharmacie. Si vous en avez déjà deux, il vous faut au moins 11 500 habitants. En effet, la création de nouvelles pharmacies est autorisée pour 4 500 habitants (au bout d’un jour, le seuil est fixé à 2 500 habitants).

Les conditions d’exercice d’un pharmacien

Les pharmaciens détiennent le monopole de la délivrance des médicaments. Un pharmacien qui exerce en nom propre doit obligatoirement être propriétaire de l’officine de pharmacie dont il est titulaire. Un pharmacien ne peut être propriétaire ou copropriétaire que d’une seule pharmacie. Lorsqu’un pharmacien détient seul une pharmacie, il peut l’exploiter en nom propre, en EIRL, en EURL ou sous la forme d`une société d’exercice libéral unipersonnelle.

Ensuite, plusieurs pharmaciens associés ont la possibilité de travailler ensemble et de constituer une société pour exploiter une pharmacie : il s’agira obligatoirement d’une SARL, d’une SNC ou d’une société d’exercice libéral pluripersonnelle. Une pharmacie exploitée en entreprise est un actionnaire minoritaire non pratique qui, sous certaines conditions, peut être un ancien actionnaire (10 ans) ou un bénéficiaire (5 ans), à l’exception de tous les autres professionnels de santé investisseurs ».

Dans le cas de SEL, chaque propriétaire y exerçant doit détenir directement au moins 5 % du capital. Les pharmaciens titulaires d’un permis de pharmacie doivent exercer leur profession personnellement et ne peuvent exercer d’autres professions. Enfin, l’exercice des activités pharmaceutiques est réglementé par la loi sur la santé publique. 

  • d’un point de vue interne (conditions relatives à l’exercice de l’activité au sein de la pharmacie),
  • et d’un point de vue externe (visibilité extérieure de la pharmacie).

Les investissements à prévoir

Si vous souhaitez acheter une pharmacie, le prix de vente est généralement compris entre 80% et 120% de vos ventes annuelles, TVA comprise. La localisation et la qualité du site jouent un rôle déterminant dans l’évaluation. Si vous souhaitez ouvrir votre propre pharmacie, l’investissement principal concerne :

  • le loyer commercial,
  • les charges de personnel,
  • le financement du stock de médicament,
  • les assurances responsabilité civile et stock de marchandises,
  • les honoraires de l’expert-comptable,
  • la cotisation à l’ordre des pharmacies,
  • l’entretien des locaux,
  • les enseignes publicitaires et autres supports de communication visibles de l’extérieur,
  • les dépenses d’électricité.

La spécialités fiscales des pharmacies

La caractéristique fiscale la plus importante des pharmacies est liée à la TVA. En effet, vous devez fractionner vos ventes selon plusieurs taux de TVA (20%, 10%, 2,1%). Le taux de 2,1 % s’applique aux médicaments remboursables par la sécurité sociale, aux médicaments soumis à autorisation provisoire et aux produits sanguins (et tous les frais de transmission).

Le taux de 10 % s’applique aux médicaments non sociaux, aux médicaments provisoires non agréés, aux préservatifs masculins conformes aux normes AFNOR, aux kits de contrôle de contamination par le virus VIH, le sida et les hépatites. Un taux de 20 % s’applique : médicaments vétérinaires, emballages de médicaments ou articles d’enregistrement (gélules, seringues, ampoules, etc.)

Quel statut juridique adéquat ?

Ouvrir une officine est aussi compliqué que de choisir son statut juridique. Les deux types de structures suivants sont recommandés. SEL (Liberal Exercise Company) est spécialement conçu pour les exercices libéraux professionnels.

La SELARL bénéficie de la responsabilité limitée. SELASU est également idéal pour conduire seul. Les sociétés commerciales sont par ailleurs une option pour ouvrir une pharmacie. Par exemple, il est possible de créer une SNC, mais les associés sont solidairement et individuellement responsables et les biens personnels ne sont pas protégés. Au contraire, la SARL offre un cadre juridique plus sûr.

Quel budget à prévoir ?

Ouvrir une pharmacie peut coûter assez cher. Vous devez louer ou acheter un local commercial suffisamment grand pour stocker tous les médicaments et quasi-médicaments nécessaires au développement de votre activité. Vous devez également précommander ces produits auprès du point d’achat central.

Vous devez également équiper une officine (vitrine, présentoir, caisse enregistreuse, etc.). De plus, démarrer une entreprise peut coûter cher.

Après cela, nous préparerons les statuts et assumerons les frais de leur affichage dans le périodique pour avis juridique. Pour les avocats, cela peut coûter cher. Donc, en résumé, il faut prévoir un budget d’au moins 150 000 € au total pour démarrer une activité.

Sans apport, est-ce possible ?

Vous souhaitez ouvrir une pharmacie sans argent ? Il est presque impossible de démarrer une entreprise sans apport. Les banques exigent généralement une injection de capital dans un projet, même si elles apportent une petite contribution.

Ils garantissent votre motivation et votre engagement lors de l’ouverture de votre officine. Si vous avez peu d’opinions, nous vous recommandons d’élaborer un plan d’affaires solide et détaillé. Cela rassurera les banques et les investisseurs potentiels.

Rate this post